À propos

Cécile Galland peint des compositions faites d’éléments de bâtiments se découpant sur des cieux indéfinis.

Une perspective, une fenêtre peut nous rappeler la “possibilité” de ces images, mais pas de silhouette, pas de personnage, pas d’anecdote représentés.

Elle brouille les limites entre un paysage de ville réel et les vues étranges et intemporelles qu’elle travaille. Ces images sont comme “purgées” de tous signes de durée et de déroulement du temps. Et c’est face à cet univers bizarre, “nettoyé” de tout superflu, que l’on se retrouve comme dans un rêve ou un souvenir flou. Il ne resterait de ce qui est représenté que les surfaces, la composition, les couleurs.

Cécile Galland s’accapare le concept freudien de “Unheimlich”, l’inquiétante étrangeté, l’inhospitalier dans ces lieux sans repère et représente un espace où rien n’est familier mais où tout est reconnaissable.

Comme en contre pied de sa peinture, Cécile Galland travaille par sa sculpture sur la matière “événement”, “actualité”.

Avec les Déchus, les Enfants Soldats et Méditerranée 2015 2016, elle représente de manière littérale les réalités du monde en les modelant dans la terre.

La mise en scène de ces travaux est faite pour intriguer, questionner le spectateur. Les Déchus sont présentés dans la rue sur le sol et la réaction des publics est forte ; les passants sont perturbés. Ils s’inquiètent pour l’état des sculptures, les possibles salissures, détériorations, cassures…

Les Enfants Soldats sont de petites sculptures de la taille de jouet et ont des visages s’inspirant de l’univers de la bande-dessinée ou des livres d’enfant. Les armes sont comme de petits accessoires que l’on peut interchanger entre chacun et manipuler.

Méditerranée est une structure en bois sous laquelle le public circule. De là, on voit un « maillage » de morceaux de bois, d’où pendent quelques quatre-vingt dix personnages en terre. Ce n’est qu’après les avoir observé que l’on remarque les positions, ils sont comme flottant entre deux eaux, entre la personne qui regarde et les morceaux de bois grossièrement fixés au-dessus.

Cécile Galland nous montre ce qu’elle voit de la réalité, brute, ce qu’elle capte des événements, sans fioritures, sans détails dans lesquels perdre son attention. Que ce soit face à ses peintures ou ses sculptures, le spectateur peut se “couler” dans ces compositions, juste comme une fenêtre devant laquelle on s’arrêterait pour regarder.

Expositions

Octobre 2015 : Exposition Paris
Juin 2015 : Exposition au salon de l’Art Abordable
Septembre 2014 : Ouverture d’un atelier de workshop, Paris
Printemps 2013 : Participation au Parisianer, recueil d’illustrations sur Paris
Février 2013 : Exposition à la chapelle Notre Dame de la Sagesse, Paris
Septembre 2012 : Exposition au centre culturel et social San Augusti, Barcelona
Juillet 2012 : Selection au prix Telax et exposition à la gallerie Antony Pinyol, ReusJanvier 2012 : Exposition à la Fine Art Gallery, Barcelona
Octobre 2011 : Finaliste et exposition au RACBA, Barcelona
Septembre 2011 : Exposition au moulin de Bayer, journée du patrimoine, Charente
Mai 2011 : Exposition à l’atelier Alas, Barcelona
Septembre 2010 : Exposition à l’atelier Palissy, Paris
Juin 2006 : Diplôme de l’ENSAD